à la gare £

20 11 2008

à la gare de Sherbrooke, vers 17h30

the sun went down, It was around 5:30, at the train station…

dscf15431


dscf1529

attendre que le train passe…ou simplement prendre le train, faire un voyage

at the train station waiting for…


dscf1510

un café vide, pourquoi… an empty cafe, feels lonely, why!


dscf1324

whisper by the moon…

et finalement observer la lune, elle est bien belle ce soir!


Une gare au petit matin,
Deux amours se tiennent la main.
Ils sont tristes ou ils sont heureux.
On n’en sait rien, mais ils sont deux.
La vie c’est ça, tu le sais bien :
Un train s’en va, un autre vient.

On prend toujours un train pour quelque part,
Un grand train bleu, un grand train blanc, un grand train noir.
On prend toujours un train pour quelque part.
Au bout du quai flottent des mains et des mouchoirs.

Toi et moi, nous irons très loin.
On s’aimera tant et si bien
Que le monde entier n’en saura
Ni le comment ni le pourquoi.
Un jour, les derniers jours viendront.
Nous prendrons le dernier wagon.

On prend toujours un train pour quelque part,
Un grand train bleu, un grand train blanc, un grand train noir.
On prend toujours un train pour quelque part.
Au bout du quai flottent des mains, des au revoir.

GILBERT BÉCAUD








Actions

Information

8 responses

20 11 2008
Miss Diane

Tes photos font rêver…

21 11 2008
J. L. T.

What a perfect mood, that blue hour and the golden lights! Beautiful!! Sunny greetings

21 11 2008
Nadia

j;adore la gare. chaque jour j’attend mon mari a la gare.. and i imagine a grand love story!!

empty chairs are always lonely..

22 11 2008
Ida

I really the the moon-picture! =)

26 11 2008
mary

Just stunning. That top photo made me gasp! So beautiful!

27 11 2008
ioannart

Superb tous les quatre! Les photeaux et el poem!

30 11 2008
papiluc

merveilleuse promenade !
merci

7 12 2008
Pascal S-P

Une très jolie série.
Elle me rappelle l’époque ou j’arpentais les couloirs et les salles de gare quand je rentrais en permission et ensuite quand j’allais au travail en train.
On arpente les quais de long en large, on se heurte à un moment donné à une fin de quai, on refait demi-tour, on part se réchauffer dans la salle de restaurant auprès d’un café. Et enfin, au loin, arrive la lumière de ce train qui n’en fini pas d’arriver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :